Dialogue logo  

      click to mail to friend    
 NUMÉRO 4   MARS 2003  
   
click to go home     click for Francais version
     
 

Un projet de recherche du Réseau à l'Université McGill permet aux étudiants d'effectuer un stage unique dont les résultats peuvent être bénéfiques pour les cliniciens et avoir un impact réel sur les enfants

 

Avant-propos : L'article ci-dessous est réimprimé avec l'autorisation du rédacteur en chef de l'Association canadienne des orthophonistes et audiologistes.

 

 

 

         

 

 

 

Nous sommes heureux de vous le faire lire car il fournit un exemple de l'intégration des objectifs du Réseau aux projets de recherche des chercheurs. Un des objectifs du Réseau est de créer une masse critique de connaissance et d'experts hautement qualifiés au Canada en contribuant à la formation et à l'éducation de spécialistes du langage et de l'alphabétisation. Susan Rvachew, chef de projet du Réseau, Université McGill, et son équipe encouragent l'utilisation d'un modèle clinicien-chercheur en permettant à des étudiants en orthophonie de réaliser des recherches dans un environnement clinique tout en complétant leur stage clinique. L'article suivant porte sur Joan Heyding, Université McGill, qui a été la première étudiante embauchée dans le cadre d'un stage de clinique-recherche pour le projet de recherche sur la prévention des déficits en alphabétisation chez les enfants ayant des troubles d'articulation/phonologiques (Preventing Literacy Deficits in Children with Articulation/Phonological Disorders).

Un modèle de stage unique permet aux étudiants de participer en tant que clinicien-chercheur à une expérience dont les résultats peuvent être bénéfiques pour les cliniciens et avoir un impact réel sur les enfants.

Par Susan Rvachew, Ph.D., orthophoniste, professeur adjoint, École des sciences de la communication humaine, Université McGill, et chercheuse du Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation

Actuellement, le secteur de l'orthophonie fait face à une pénurie de titulaires de Ph.D., une situation qui devrait persister dans les années à venir. Cette pénurie a des incidences non seulement sur notre capacité de continuer à former d'excellents cliniciens, mais aussi sur notre capacité de générer de la connaissance et de concevoir les technologies dont nous avons besoin pour améliorer l'efficacité et l'efficience de notre pratique. Même si tous les postes universitaires vacants pouvaient être facilement comblés, ce problème persisterait. Notre secteur requiert un niveau plus élevé de recherche clinique, de la recherche qui doit préférablement être réalisée en milieu clinique.

L'École des sciences de la communication humaine de l'Université McGill permet à certains de ses étudiants de jouer un rôle de clinicien-chercheur dans le cadre de stages cliniques. Ce projet est financé par l'entremise d'une subvention octroyée à Susan Rvachew, Ph.D. par le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation. Ces fonds permettent aux étudiants de McGill de participer à une expérience unique et de faire le travail d'un clinicien-chercheur sous supervision. Ils permettent aussi à l'organisme qui offre le stage de profiter des avantages offerts par l'intégration de la recherche clinique à ses programmes de traitement.

La première étudiante qui a participé à ce projet, Joan Heyding, a effectué son stage de première année au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) et a ensuite travaillé pendant quatre mois dans cet hôpital. Habituellement, les étudiants de première année sont placés dans un milieu clinique pendant quatre semaines seulement. Joan a acquis une expérience de stage clinique supervisée, ainsi qu'une expérience de recherche supervisée pendant les sessions du printemps et de l'été. Pendant qu'elle était au CHEO, Joan a évalué 23 enfants afin de déterminer la relation existant entre la perception de la parole chez les enfants d'âge préscolaire, l'articulation, la sensibilisation phonologique et les habiletés préalables à l'alphabétisation. Au CHEO, sous la supervision du docteur Robin Gaines, elle a aussi participé aux efforts d'élaboration de matériel d'évaluation pour les familles francophones. Bien que la participation des étudiants aux projets de recherche ne soit pas inhabituelle, cette expérience unique a permis à Joan de contribuer à une recherche clinique en milieu clinique. Ce stage fut donc profitable pour tous.

Joan est très enthousiaste lorsqu'elle parle de son expérience : " J'ai eu beaucoup de plaisir à travailler au CHEO. Tous m'ont réservé un accueil magnifique. " Avant tout, Joan a pu travailler en immersion dans un environnement de professionnels travaillants et talentueux pendant quatre mois, mais elle a aussi acquis une meilleure compréhension des types de questions de recherche qu'ont les cliniciens et de la manière dont la plupart des recherches en laboratoire ne répondent pas à ces questions. Même si Joan prévoit faire une carrière clinique, elle comprend mieux les liens qui existent entre la recherche et la pratique clinique, et elle est motivée à promouvoir la recherche en milieu clinique lorsqu'elle commencera à pratiquer plus tard au cours de l'année.

Linda Mace, coordonnatrice de la Clinique d'orthophonie du CHEO, démontre un enthousiasme tout aussi grand. Selon elle, l'équipe clinique a tiré profit de sa participation active au projet de recherche. Ce projet a établi des liens tangibles entre la recherche et la pratique et a stimulé l'intérêt de l'équipe à l'égard de la recherche clinique. Le personnel attend avec impatience de connaître les résultats de l'étude et l'impact que cette étude peut avoir sur sa pratique clinique.

Les clients du CHEO on aussi profité des avantages offerts par ce projet. Des évaluations complètes ont été effectuées pour les enfants qui ont participé au projet de recherche. Joan et son superviseur clinique ont ensuite remis les résultats des évaluations aux familles des enfants et aux cliniciens. De plus, les parents des enfants qui ont participé à cette étude comprennent maintenant mieux l'importance des habiletés de sensibilisation phonologique durant les années préscolaires pour l'acquisition de l'alphabétisation pendant les années suivantes. Ainsi, le travail accompli par Joan et rattaché à la recherche appuyait les objectifs cliniques du programme d'orthophonie du CHEO, c'est-à-dire la promotion des habiletés de sensibilisation phonologique chez les enfants ayant un retard de la parole et du langage.

Le docteur Robin Gaines souligne que le travail accompli par les étudiants est essentiel pour que les cliniciens de première ligne assurent un suivi efficace de leurs propres questions de recherche. " Les cliniciens étudiants qui sont indépendants, autonomes et qui peuvent s'adapter aux pratiques chargées d'orthophonie sont un magnifique atout pour nous. Les cliniciens et les chercheurs peuvent tous deux tirer profit de leur collaboration. Le temps et l'énergie supplémentaires consacrés à l'établissement de telles relations peuvent bénéficier à tous. "

Les évaluations effectuées par Joan font partie d'une étude du Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation portant sur la prévention des déficits d'alphabétisation chez les enfants ayant des troubles d'articulation/phonologiques, dans le cadre de laquelle on évalue des enfants dans un certains nombre d'environnements différents à Ottawa, à Calgary et à Montréal. La qualité et la quantité des informations recueillies au CHEO étaient exceptionnelles grâce à la relation de travail étroite que Joan a établie avec les orthophonistes du CHEO.

Les données que Joan a recueillies démontrent que les enfants qui ont des retards modérés et graves du développement phonologique ont aussi de la difficulté à accomplir des tâches de perception du langage et de sensibilisation phonologique. Ces résultats suggèrent qu'ils risquent de connaître un retard en ce qui concerne l'acquisition des habiletés d'alphabétisation. Les résultats de l'étude ont des incidences cliniques évidentes. Cet été, Meghann Grawburg, une étudiante en orthophonie de McGill, réalisera une étude de traitement pour déterminer si elle peut améliorer les habiletés de sensibilisation phonologique des enfants d'âge préscolaire qui ont un retard de la parole et ainsi prévenir tout retard d'acquisition des habiletés de lecture chez ces enfants. Le transfert des résultats de cette étude à la pratique clinique devrait être facilité par la réalisation de l'étude en milieu clinique. Ce programme de recherche est l'un des nombreux projets appuyés par le Réseau et qui, ensemble, visent à aider les enfants canadiens à mener une vie plus satisfaisante et, ainsi, à créer une nation habilitée par la communication.

 

 

      click to mail to friend