Numéro 3 rapport d'activité partager la science contactez-nous
 

compréhension de la lecture - la prochaine étape critique.

 
 
 

On apprend aux enfants canadiens à lire les mots écrits sur une page. Mais, que se passe-t-il ensuite? Pourquoi ne pas utiliser la lecture pour comprendre les histoires et parfaire ses connaissances grâce au texte?

« Nous ne savons pas avec certitude quelles sont les habiletés de lecture, de langage et cognitives qui sont importantes pour que des enfants d'âges différents comprennent des histoires, des textes de sciences sociales et des textes scientifiques, explique Marcia Barnes, PhD., professeure en psychologie titulaire d'une chaire de recherche à l'Université de Guelph et scientifique auxiliaire du Programme de recherche sur le cerveau et le comportement (Brain and Behavior Program) de l'hôpital pour enfants (Hospital for Sick Children) de Toronto. Mais, grâce à la recherche, nous pouvons trouver la clé du mystère et les réponses à nos questions. »

Marcia Barnes est une chercheuse reconnue au niveau international, et ses travaux comptent parmi les nouveaux projets de recherche financés par le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation en 2004. Ses réalisations comprennent des contributions importantes dans la mise en application de modèles cognitifs et développementaux pour l'étude du développement des aptitudes aux études des enfants qui ont des lésions acquises et congénitales au cerveau. Les résultats qu'elle a obtenus dans ce domaine et dans d'autres domaines ont été publiés partout en Amérique du Nord, et elle fait partie de nombreux comités de recherche et de développement de la petite enfance.

Marcia Barnes et son équipe, y compris les chercheurs du Réseau Alain Desrochers, de l'Université d'Ottawa, et Rosemary Tannock, de l'hôpital pour enfants de Toronto, effectuent des études visant à comprendre le développement des habiletés de compréhension par la lecture chez les enfants du niveau primaire et visant à créer des outils d'évaluation fiables et valides. Cette étude est tout à fait opportune, puisque la capacité d'absorber, de comprendre et d'utiliser l'information est de plus en plus importante dans un environnement économique et social moderne.

Comme elle l'explique, « on suppose parfois que si un enfant est capable de lire des mots, il comprend pleinement ce qu'il lit. Toutefois, ce n'est pas toujours le cas, et il faut souligner que les habiletés de compréhension par la lecture sont moins enseignées à l'école que les habiletés de lecture des mots. »

« Les statistiques recueillies en Ontario en 2002 démontrent que 15 % des enfants du programme scolaire ne réussissent pas le test de lecture et d'écriture de la 10e année à leur première tentative, et ce pourcentage atteint 55 % dans le volet lecture chez les élèves du programme appliqué. Même si bon nombre de ces jeunes peuvent probablement lire les mots et comprendre vaguement ce qu'ils lisent, cela ne répond pas aux normes minimales, explique Marcia Barnes. De plus gros problèmes surviennent lorsque ces adolescents doivent établir des liens entre des expériences personnelles et ce qu'ils lisent. De plus, les enfants qui échouent le test de lecture et d'écriture ont aussi de la difficulté à comprendre l'information explicite et implicite du texte. »

Trop d'enfants qui sont dans le système scolaire depuis dix ans ont de la difficulté à relier leurs propres connaissances et expériences à la nouvelle information lue. Selon Marcia Barnes, ils lisent sans faire le lien avec ce qu'ils savent déjà et donc sans créer de nouvelles connaissances.

Marcia Barnes et son équipe d'enquêteurs étudient trois niveaux de lecture qui contribuent à la compréhension : la compréhension de ce qui est écrit; la compréhension de ce qui est supposé grâce à l'intégration des idées dans un texte; et la création de nouvelles connaissances grâce à l'intégration de ce qui est écrit dans le texte avec les connaissances et les expériences du lecteur.

Ils étudient aussi la manière dont des facteurs tels que la lecture de mots avec précision et aisance, la mémoire de travail, les habiletés d'attention, le vocabulaire et la connaissance grammaticale sont reliés à la compréhension de textes narratif, social et scientifique des enfants de la troisième à la huitième année.

« Notre projet a une étendue suffisante et compte un nombre suffisant d'enfants (les enfants de la commission scolaire catholique du district de Hamilton-Wentworth, en Ontario, et les enfants de commissions scolaires partenaires de l'Ouest du Québec) pour que nous puissions dire, avec une certaine certitude, quelles sont les habiletés les plus importantes, pour chaque année scolaire, pour les enfants francophones et anglophones et pour que nous puissions dire ce qui doit être enseigné et appris à chaque niveau pour améliorer la compréhension. »

Une fois que l'équipe du professeur Barnes aura déterminé les habiletés requises pour comprendre des textes narratifs et informatifs à différents niveaux scolaires, elle utilisera cette information pour concevoir des outils d'évaluation appropriés en français et en anglais dans le domaine de la compréhension de la lecture. Ces outils constitueront une amélioration marquée par rapport aux outils d'évaluation existants, lesquels ne sont fondés sur aucune donnée de recherche et qui, souvent, ne tiennent pas compte de la compréhension de différents types de texte.

Nous vivons dans une économie où il est important de pouvoir créer de nouvelles connaissances par des habiletés de lecture et d'écriture de haut niveau pour réussir nos études et notre vie professionnelle. Marcia Barnes et son équipe sont déterminés à améliorer l'évaluation et l'enseignement des habiletés de compréhension par la lecture auprès des enfants canadiens.

 

   
RETOUR ACCUEIL
 
 
 
 

 

   
RETOUR ACCUEIL